Une fête qui révèle la joie exaltante de Dieu!

RéconciliationConnaissez-vous l’histoire de l’enfant prodigue. Mon épouse et moi en parlions ensemble ce matin après notre temps de lecture. Vous avez probablement tous entendu parler de ce jeune qui a quitté son père, dépensé tout son argent, s’est retrouvé dans une situation désespérée et est finalement retourné vers son père… C’est l’histoire de l’enfant prodigue, comme on la désigne (Vous pouvez lire le récit ici).

Pourtant, le punch de cette histoire-là, vous savez c’est quoi? C’est Dieu qui célèbre dans une joie exaltante parce qu’enfin un pécheur se retrouve dans ses bras! Vous savez… Dieu est absolument et éternellement dans la joie! Sa joie est parfaite et rien ne peut le rendre plus heureux (clin d’oeil ici au livre de John Piper – The Pleasures of God). Dieu se réjouit particulièrement dans son plan de rédemption, ce plan par lequel il sauve, transforme et pardonne des pécheurs désespérés. Je pense que Tim Keller a raison de renommer cette histoire… ce n’est pas celle de l’enfant prodigue. C’est celle du Dieu prodigue! Celle du Dieu Tout-Puissant qui s’exalte de joie à voir un pécheur se repentir et être transformé.

Un petit mot ici sur le frère plus vieux. Dans l’histoire, c’est le frère plus vieux de « l’enfant prodigue ». Vous savez de qui il s’agit? Ce jeune homme bourru représente ces religieux pour qui il est inconcevable de voir un pécheur être transformé. Ces pauvres religieux condamnent ceux qui ont besoin d’espoir. Ils s’offusquent à l’idée que Dieu offre la bonne nouvelle à ceux qui sont désespérés. Ils ne connaissent pas la joie de l’évangile, ni la joie d’espérer voir un pécheur être transformé. Je veux même dire que ces pauvres religieux bourrus sont profondément malheureux, qu’ils ne savent pas ce que ça veut dire de se réjouir et qu’ils ont surtout besoin de découvrir l’évangile et la joie de l’évangile… ces pauvres-là ont aussi besoin d’entendre cette invitation de Jésus… « Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés! » Je les invite à lire ce que j’ai déjà écrit ici et ici.

Notre Dieu est un Dieu infiniment heureux. Il s’exalte de joie lorsque des pécheurs découvrent la bonne nouvelle d’une vie transformée en Jésus. Il se réjouit profondément lorsqu’il voit des pécheurs découvrir la joie de l’évangile. Notre Dieu célèbre avec une grande joie la délivrance des opprimés et la transformation des coupables!

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Partages | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

Parce que j’en ai aussi et surtout besoin à chaque jour…

Je me souviens de cette dame que j’ai connue lorsque j’étais tout jeune. D’un certain âge, veuve, elle utilisait son talent artistique d’une façon bien créative. Utilisant des planches de bois, souvent du pin, elle y gravait avec un fer à souder quelques mots avec un lettrage tout à fait artistique. Le résultait était rustique, chaleureux et réconfortant. Elle vendait ces petites planches de bois, que nous appelions plaquette, souvent assise derrière une table à l’arrière de cette salle à l’église que je fréquentais à ce moment-là. Un jour, elle m’a remis une plaquette sur laquelle était gravé ces mots: « Seigneur, merci pour ta grâce! ». Elle n’avait aucune idée de ce qui m’attendait dans la vie. Elle avait certainement elle aussi parcourut un chemin parsemé de difficultés et de douleurs.

Seigneur, merci pour ta grâce!Il n’y a pas de doute qu’il y a de très beaux moments dans la vie. Je me considère personnellement comblé. Pourtant, chacun de nous (et c’est vrai aussi pour moi) un jour ou l’autre passons par des moments difficiles. Quand ces douleurs fondent sur nous, nous nous sentons démunis, vulnérables et fragiles… Il y a une certitude dans la vie : des difficultés nous attendent. Nous ne savons pas par quelle direction elles surviendront sur nous. Nous sommes surpris quelques fois de leur provenance. Nous ne savons pas quand, mais elles font certainement partie de la vie.

Lorsque les difficultés surviennent, je peux avoir l’estomac tordu. Mes pensées peuvent s’agiter. Jusqu’au moment où je me rappelle qu’il y ait un Dieu au-dessus de tout. Le mal fait partie de notre monde, mais pas du sien. Mieux encore, il s’est fait un plan par lequel il s’est proposé de tout réparer ce que le mal a détruit. Entre temps, il veille sur nous et nous soutient jusqu’à ce moment où il aura tout rétablit comme c’était avant que le mal entre dans ce monde. C’était jadis l’harmonie parfaite. Et ça le deviendra à nouveau pour ceux qui entrent dans ce plan de restauration. Ce plan de réparation se trouve en Jésus, et surtout pas dans une religion ni une secte (celles-ci ne font qu’accabler leurs adeptes et surtout les isoler de la bonne nouvelle et d’une relation épanouie en Dieu).

Jésus a dit : Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vous-mêmes. Oui, mon joug est facile à porter et la charge que je vous impose est légère. Matthieu 11 :28-30

Seigneur, merci pour ta grâce. Merci d’être venu pour nous sauver du mal (que la Bible appelle péché) et de ses effets! Cette dame a eu bien raison de me donner cette petite plaquette, qui me rappelle constamment la seule raison qui garde mon cœur heureux lorsque les nuages se montrent à ‘horizon: LA GRÂCE DE DIEU!

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Partages | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

En me rendant au boulot lundi matin dernier…

Chaque matin, je dois voyager environ 25 minutes pour me rendre au boulot. Il s’agit pour moi d’une excellente opportunité pour me préparer à ce que la journée me réserve (et c’est vraiment différent à chaque jour). Quelques fois, j’ai besoin de silence pour prier, réfléchir et focaliser sur quelques principes que je me rappellerai tout au long de ma journée. D’autres fois, j’ai le cœur à écouter de la musique et je loue mon Dieu. Et il y a d’autres occasions, comme lundi matin dernier, où j’écoute un enseignement qui m’édifie et me motive avant d’entrer dans le brouhaha de ma journée.

Qu’est-ce que les gens ont le plus besoin? Ce n’est pas toujours ce qu’ils veulent le plus…

Or, lundi matin, j’ai écouté ce que Paul Nyquist a prêché lors d’une conférence missionnaire à l’ouverture de la session d’automne à Moody Bible Institute le 7 septembre. Son enseignement m’a encouragé et interpelé. Parlant de ce boiteux qui a été guérit au nom de Jésus en Actes 3, Paul Nyquist insiste sur l’importance de s’arrêter pour donner aux autres ce qu’ils ont le plus besoin – qui n’est pas nécessairement ce qu’ils veulent le plus. Étant tous au prise avec le désastre causé par le péché en nous et autour de nous, nous avons tous besoin d’une bonne nouvelle. Cette bonne nouvelle, c’est que Dieu veut restaurer ce que le péché a détruit. Il le fait par Jésus-Christ qui est mort pour nous pardonner et ressuscité pour nous transformer. Nous avons besoin d’une profonde transformation. C’est en Jésus qui nous pouvons connaître cette transformation, que nos relations peuvent être restaurées et que nos affections peuvent être changées pour aimer et adorer Dieu plus que soi-même!

Il conclut en posant la question suivante. Que se serait-il passé si Pierre et Jean avait ignoré ce boiteux qui demandait un peu d’argent; s’ils n’avaient pas donné à ce boiteux ce qu’il avait le plus besoin, JÉSUS?

Il nous encourage à s’arrêter dans ce monde très bruyant et occupé pour donner aux autres ce qu’ils ont le plus besoin, JÉSUS. Ces quelques mots que j’ai écrits aujourd’hui ont le même objectif…

P.S. Ça fait sourire parce que ce fut aussi ce que j’ai enseigné à l’Église Évangélique Chauveau en juillet dernier, sous le titre Parle de ce qui te satisfait pleinement… l’enregistrement est disponible ici.

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Partages | Marqué avec , , , , , , | 3 commentaires

5000 voix chantent l’amour de Dieu – sur Héritage vol. 3

Cliquez sur l'image pour visualiser l'album sur iTunes.ca

Cliquez sur l’image pour visualiser l’album sur iTunes.ca

J’ai beaucoup aimé Héritage vol. 1 et 2 (Disponibles sur iTunes: volume 1, volume 2 et volume 3). Les deux premiers albums offraient déjà un excellent aperçu de ce trésor, comme l’indique Stéphane Kapitaniuk (sur son blogue), de nos cantiques et hymnes. À ces deux volumes s’ajoutent maintenant le troisième. Je viens tout juste de l’acheter. D’ailleurs, au moment où j’écris ce billent, je suis en train de l’écouter.

Dans le teaser #2, Sébastian et Jimmy nous encouragent à écouter ce chant intitulé « Dieu Tout-Puissant », chanté par plus de 5000 voix cumulés partout à travers le monde lors de leurs concerts. Il s’agit d’un chant exaltant la puissance et l’amour de Dieu. Comme l’indiquent Sébastian et Jimmy, ce chant nous donne un bref aperçu de l’histoire de l’amour de Dieu envers l’humanité, de la création à la croix, pour ensuite nous projeter au ciel, où nous chanterons tous ensemble et pour toujours l’amour de Dieu.

Merci à Jimmy Lahaie, Sébastien Demrey et à leur équipe pour leurs efforts à proclamer la bonne nouvelle de Dieu en Jésus-Christ.

Merci à notre Dieu Tout-puissant d’avoir donné à son Église des voix magnifiques pour exalter sa majesté et son amour pour nous!

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Musique suggérée | Marqué avec , , , , , , , | Un commentaire

A Call To Spiritual Reformation: Priorities from Paul and his prayers (Revue de livre)

Dis moi pour quoi tu pries et je te dirai ce qui est vraiment important pour toi! Si la prière est ce qui fait bouger le bras du Dieu Tout-puissant, ce pour quoi tu pries me dit aussi où se trouvent tes priorités.

Cliquez ici pour consulter la description du livre sur Amazon

Cliquez ici pour consulter la description du livre sur Amazon

Après avoir acheté le livre « Warfield On The Christian Life » pour Kindle, Amazon m’a suggéré ce livre de Don Carson « A Call To Spiritual Reformation: Priorities from Paul And His Prayers« . Le titre a attiré mon attention. Je désir être transformé par l’évangile. Je veux voir ceux qui m’entourent aussi être transformés par l’évangile… pourtant, quel est le sujet de mes prières. Alor, j’ai rapidement lu quelques revues. J’ai acheté le livre… et déjà, je savais que ce serait le prochain livre que je lirais.

Ne prie-je pas souvent en disant… Seigneur, merci pour la belle journée; merci pour la bonne nourriture (et, pour les plus traditionels, cette prière est même prononcée avant chaque repas ou même goûté!)… merci pour …? À cela s’ajoute toutes nos petites requêtes (sans sarcasme, requêtes certainement vraiment légitimes)… Seigneur, aide moi à trouver mes clés. Seigneur, enlève mon mal de tête. Seigneur, guéris moi de ma grippe… Ah que nous sommes captif d’une petite vie et de petites ambitions!!! Avez-vous déjà examiné les prières de Paul? Vous allez découvrir ce qui se trouvait vraiment sur son coeur!

Dans ce livre, Carson expose la plus grande passion, le plus grand désir de Paul. L’expression de ce désir se trouve dans ses prières. Il prie parce qu’il sait que ce désir se trouve aussi dans le coeur du Dieu de l’évangile, le seul vrai Dieu Tout-Puissant et infiniment compatissant. Paul remercie Dieu pour les signes de la grâce de Dieu qu’il observe dans la vie des chrétiens. En plus, il demande à Dieu de voir encore plus de signes de sa grâce dans leur vie. Paul prie pour les autres. Oui, il demande de prier pour lui, mais en exprimant surtout son désir d’être utile entre les mains de Dieu pour répandre l’évangile. Paul n’est pas préoccupé premièrement et seulement par ses propres besoins. Il est préoccupé par les besoins spirituels de ceux qui se trouvent autour de lui. Il veut voir venir le royaume de Dieu. Il veut voir le Roi des rois être adoré sincèrement, passionnément, d’une manière digne de son amour pour nous!

N’est-il pas dommage d’entendre ces petites prières qui nous font penser que Dieu est une sorte de lampe magique. Ces prières révèlent nos priorités. Surtout, révèlent-elles vraiment ce qui se trouvent sur le coeur de Dieu? Répondre oui à cette question, c’est méconnaître Dieu. Il serait probablement plus important de prier, non pas pour ce que je veux, mais ce que Dieu veut! Il serait surtout important que mon coeur soit transformé de manière à désirer ce qui se trouve dans le coeur de Dieu.

Je vous encourage à lire ce livre, à la méditer et à prier pour un réveil dans chacun de nos coeurs!

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Mes revues de livre, Partages | Marqué avec , , , , , , , | 9 commentaires

Notre manière d’expliquer la souffrance révèle qui nous adorons!

Le sujet de la souffrance pose des questions bien difficiles à répondre. Plusieurs les ont adressées. De nombreux livres ont d’ailleurs été écris sur le sujet. La question probablement la plus répandue est celle-ci : Pourquoi? On tente d’expliquer la souffrance… On tente surtout d’expliquer le caractère injuste de la souffrance…

Je ne crois pas être capable d’expliquer ce sujet si difficile de manière à en fournir le réconfort dont on a tous si soif. Je me suis posé souvent moi-même toutes ces questions bien difficiles lors de moments éprouvants. Pourtant, j’aimerais bien partager une réflexion tirée de mes récentes lectures… Dans les derniers jours, mon plan de lecture biblique m’a amené à lire le livre de Job, un personnage de l’époque de l’Ancien Testament.

Nous n’avons pas beaucoup de détails entourant la vie de Job. Seulement, nous savons qu’il a vécu à l’époque des patriarches dans un pays de la région du Moyen-Orient. Nous savons aussi qu’il était juste et qu’il craignait Dieu. Pourtant, malgré sa piété et sa conduite vertueuse, il n’a pas été épargné d’événements très tragiques. Il a perdu tous ses biens et même ses enfants. Il a perdu la santé et s’est retrouvé au prise à de grandes souffrances… Il a finalement perdu l’admiration, l’estime et la compréhension même de ses amis, probablement dans ce contexte la plus grande douleur qu’il ait pu endurer. Comme il le dit lui-même… l’homme quand il souffre n’a-t-il pas droit à la compassion de ses amis?

En effet, Job, pendant ces grandes douleurs a reçu la visite de ses amis. Ceux-ci étaient étonnés et peinés de considérer son état. Sa souffrance a atteint son sommet lorsque ceux-ci ont affirmé à Job qu’il souffrait à cause de ses propres péchés. Il est humain et probablement naturel de relier les malheurs à une faute commise ou à un sentiment de culpabilité…

Job à son tour se défend d’être juste. Il s’objecte envers ses amis et défend son honnêteté. En répondant à ses amis, il se rappelle avec nostalgie les jours heureux de sa vie. Finalement, en se défendant d’être juste, il en arrive à affirmer qu’il ne mérite pas ce qui lui arrive. Il est aussi naturel de défendre sa dignité et de chercher un réconfort en soi-même. Agir ainsi, en suivant un raisonnement épistémologiquement logique nous pousse finalement à affirmer que Dieu est injuste!

Voilà le paradoxe, naturellement nous oscillons entre deux erreurs… nous affirmons d’un côté que la raison de nos douleurs se trouvent en nous-mêmes. De l’autre côté, nous affirmons qu’elle se trouve du côté de Dieu. Il y a un problème majeur à défendre ces deux thèses.

Dans les deux cas, on cherche à trouver un coupable et le début de la thèse se trouve en soi-même. D’un côté, on débute en disant que l’on est coupable et que nos péchés sont la cause de nos maux. De l’autre côté, on débute en disant que l’on est bon et que Dieu est injuste à nous laisser vivre quelque chose qu’on ne mérite pas. L’un condamne, tandis que l’autre crie à l’injustice. Bref, condamner, c’est oublier que Dieu dans sa miséricorde se préoccupe de nous. Et, crier à l’injustice, c’est oublier que nous sommes tous pécheurs et que Dieu est juste.

Or, il ne fait pas de doute que l’origine de la souffrance dans le monde vient du péché. Par contre, expliquer la souffrance personnelle d’un individu en considérant les oeuvres qu’il a faite ou ses mérites ne fait pas plus de sens. Sinon, comment expliquer que certaines « mauvaises personnes » vivent une vie bien meilleure que d’autres qui « agissent bien ».

En revenant à notre ami Job, sans nul doute, Job craignait Dieu. Il marchait d’une façon juste. Pourtant, il a péché (par orgueil) suite à la souffrance dans sa vie. Ses amis affirmaient qu’ils souffraient à cause de sa souffrance. Ils avaient tord. Pourtant, Job avait aussi tord en criant à l’injustice à cause de la souffrance dans sa vie.

Il y a une finalité plus grande à la souffrance que nous mêmes et nos propre plaisirs. Dans les cinq derniers chapitres du livre de Job, nous assistons à un dialogue entre Dieu et Job. Je me suis arrêté à une affirmation que Dieu a faite à Job… Dieu lui dit : « Si tu peux comme moi te revêtir de splendeur et de gloire, condamner l’arrogant et humilier l’orgueilleux, alors je te rendrai hommage parce que le salut vient de toi! » (Lire intégralement en Job 40:1-9) Est-ce à Dieu de nous rendre hommage parce que le salut se trouve en nous? Ou, est-ce à nous de lui rendre hommage (même dans la douleur) parce que le salut se trouve en l’Éternel, le Dieu Tout-puissant? Sommes-nous capable de se sauver soi-même? Ne crions-nous pas à celui qui peut tout et qui est compatissant pour nous tirer du malheur? C’est lui qu’il faut adorer, même lorsque les moments sont plus éprouvants.

Maintenant, comment expliquer la souffrance? Il n’y a pas d’explication en soi qui puisse apporter le réconfort recherché. Pourtant, la souffrance a une finalité… elle est un difficile et quelques fois douloureux parcours vers l’adoration. Elle nous conduit à reconnaître que Dieu est bon et souverain; qu’il est notre rédempteur!

Considérez avec moi la réplique de Job à Dieu…

Job dit à Dieu :
Je sais que tu peux tout, et que rien ne saurait t’empêcher d’accomplir les projets que tu as conçus.
« Qui ose, disais-tu, obscurcir mes desseins par des discours sans connaissance? »
Oui, j’ai parlé sans les comprendre de choses merveilleuses qui me dépassent et que je ne connaissais pas.
« Écoute, disais-tu, c’est moi qui parlerai : je vais te questionner, et tu m’enseigneras. »
Jusqu’à présent j’avais seulement entendu parler de toi. Mais maintenant, mes yeux t’ont vu. Aussi je me condamne, je regrette mon attitude [je me repens] en m’humiliant sur la poussière et sur la cendre.
Job 42:2-6

Le but de mon existence n’est pas de démontrer et prouver ma propre justice, mais de glorifier mon créateur et mon rédempteur.

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Partages | Marqué avec , , , , , , , , | 3 commentaires

Un retour sur les deux derniers mois…

Après deux mois d’absence sur la blogosphère, j’ai pensé que vous seriez peut-être intéressés d’avoir un peu de nos nouvelles! En fait, les mois de juin et juillet ont été passablement différents de la normal, mais tout aussi agréables… Ce n’est pas seulement la température qui les a rendus si attrayants, mais plutôt quelques événements exceptionnellement exceptionnels (excusez mon superlatif!).

Maison1. Notre aménagement dans notre nouvelle demeure
Nous avons été bénis par l’acquisition d’une maison. Quelques efforts ont dû être consacrés à « faire » les boîtes, déménager et « défaire » les boîtes. Merci à tous ceux qui sont venu nous aider. Il fallait ensuite « apprivoiser » ce nouvel environnement et le mettre à notre goût… en faire notre chez soi! Le travail n’est pas fini, mais, il ne sera probablement jamais fini… parce que dans un chez soi, on peut passer tout notre temps à en faire son chez soi!

2. Quelques vacances à la maison
Mis à part quelques petites sorties locales et quelques activités ici et là, nos vacances se sont déroulées principalement à la maison. Nous avons appréciés ces soirées autour d’un feu de camp, les soupers sur le BBQ, les rencontres entre amis et quelques activités dans StraberryPickingnotre cours arrière… jardinage, tonte de pelouse, petits travaux… Faut surtout dire, que notre petite princesse a aussi bien profité de sa cours arrière aussi.

3. Un petit bébé garçon s’en vient
Pendant le mois de juin, nous avons également appris que notre bébé, qui arrivera au monde en novembre, est un petit garçon. La grossesse se passe bien. Durant cette belle aventure, nous apprenons à constamment faire confiance à notre Père Céleste. Nous avons hâte d’accueillir ce nouveau petit trésor dans notre chez soi. Son lit est déjà prêt et Amy s’affère à tout bien décorer pour remplir de charmes son arrivé chez nous.

Enfin, merci de m’avoir accordé ces deux mois de vacances… :) Le mois d’août sera marqué par un retour à la normal. Vous pourrez donc lire à nouveau de mes nouvelles et réflexions sur mon blogue, en plus de me suivre sur Twitter et Facebook.

Dans l’amour de Christ!

Publié dans Partages | Marqué avec , , | 2 commentaires